Presse

« Ce trio exubérant ne déçoit pas son public. Les mimiques burlesques des acteurs sont extrêmement folles. Du théâtre comique au théâtre authentique. »
« … Sous les yeux étonnés des invités, les cuisiniers-acteurs proposent un véritable bouquet final de feux d’artifice de pop-corn, puis décident de cuisiner des crêpes espagnoles à feu lent. »
« … La diversion est à son apogée. La compagnie enchaîne des jeux de théâtre et de mime. Le tout dans une ambiance très musicale. Rythmés par des airs cubains, des chants d’opéra et même religieux, les trois artistes jouent avec les 70 personnes réunies pour l’occasion. »

« … Originalité. Inspiration. De vieux élixirs servis dans de nouveaux flacons. Une circonspection dramatique diaphane. Profondeur. Harmonie plastique, rafraîchissante et convaincante. Une chimie interprétative qui crée une connexion avec les spectateurs dès son accès tumultueux au local. »
« … Architecture théâtrale décisive en transformant l’espace scénique en un grand restaurant et en plaçant les spectateurs comme convives. »
« … Lumières, cuisines, comptoirs, annonces, tableaux, atmosphère mouvementée et humeur en abondance. Un menu gastronomique déconcertant et explosif mené par une musique variée, parfois belle et sublime. »
« … Un vade-mecum cinq étoiles, où les plats sont cuisinés et servis à vue, et qui doit figurer dans le guide Michelin par ses propres mérites. »

« … On écoute une bande sonore évocatrice. On sent très peu de mots, mais c’est comme s’ils parlaient beaucoup car souvent, comme c’est le cas dans la vie réelle, les gestes valent mieux que mille mots… »

« … On pense qu’Antoni Gaudí, aujourd’hui si remémoré pour son travail architectural, qui mourut il y aura bientôt précisément cent ans (1926) dans l’une de ces nefs gothiques de l’ancien hôpital de la Santa Creu, après y avoir été admis comme un inconnu après un accident du tramway, aurait été plus qu’heureux avec un menu comme celui de « Copacabana »… »

« … À en juger par la façon dont les trois cuisiniers éreintés s’efforcent, cela peut donner l’impression que le résultat gastronomique ne sera pas précisément de couteau et fourchette. Quoi qu’il en soit, peu et bon s’associent cette fois pour donnent excellent, et rares sont les spectateurs qui résistent à grignoter chacun des plats, qu’avec toute la volonté du monde, les trois jeunes chefs apportent de table en table… »

« … La plupart des numéros qui se font entre les plats rappellent ce qui serait probablement la prunelle des yeux des adeptes d’une époque du théâtre de Barraca… »

« … Malgré les difficultés rencontrées par les nouvelles propositions pour convaincre un public qui ne doit pas nécessairement être jeune et nouveau, mais qui doit juste être éveillé par la curiosité de découvrir de nouvelles sensations filtrées par le théâtre, le spectacle « Copacabana » mérite de réunir à chaque fonction, dans la nef de la Bibliothèque de Catalogne, les quatre-vingt-dix spectateurs admis… »

« … De la même manière qu’on dit que c’est dans le petit pot que se trouve la bonne confiture, c’est aussi dans la simplicité scénique que se trouve souvent le bon théâtre… »

« … Le meilleur dans ce festival d’art est qu’il offre la possibilité de voir une grande variété de spectacles et Ponten Pie a vraiment apporté quelque chose de différent sur la table avec son cabaret de farce gastronomique… »

« … Je n’étais pas très sûre d’où nous mettions les pieds quand nous avons été conduits à la salle de spectacle du centre des arts et que les rideaux se sont refermés derrière nous, mais ce qui a suivi a été un spectacle extravagant et divertissant où le public a joué un rôle crucial… »

« … Il ya eu quelques moments de pitreries hilarantes et de grands moments, mais malgré le chaos dans la cuisine, les petites bouchées de nourriture que nous avons goûtées étaient étonnamment délicieuses… »

« … Natalia Mendez, Emilie De Lemos et Sergi Ots ont été sensationnels et ont offert des expressions du visage et une comédie physique merveilleuses. Chacun a eu son moment pour briller, mais ils ont également fantastiquement bien travaillé ensemble en créant un spectacle étrange et merveilleux qui n’est jamais retombé une seule seconde… »

« … La virtuosité sur un plateau… »
« … Jamais n’a été préparée à Burghof une ambiance pour les spectateurs telle que celle qui a été créée sur scène par la compagnie Ponten Pie… »
« … La nourriture est seulement l’un des ingrédients de la « visite au restaurant » de l’après-midi, où théâtre et réalité se combinent. C’est l’esprit, réellement alimenté par les interprétations farfelues, charmantes, drôles et lascives. Les trois acteurs utilisent le mobilier comme plateau ou comme accessoires et changent de genre pour leurs mini-drames. Que ce soit théâtre d’ombres, guignols ou marionnettes, les espagnols servent, sans exception, des mets savoureux. 360 degrés pour en profiter. On se frotte les yeux pour les choses merveilleuses qui se produisent autour de nous et nous plongent dans un monde surréaliste dans lequel les ciboulettes dansent le cancan couronnées de boas de plumes ou une diva du chant se rase les poils hirsutes de sa jambe… »
« … Vous serez tous personnellement emportés par la magie ou l’illusion, comme par exemple, quand une femme vous séduit avec douceur par des claquements de langue suggestifs et une montagne de chocolat et de crème, ou quand une sensuelle ballerine s’approche de vous avec une jupe évasée. L’illusion est maintenue jusqu’à la fin. Nous aurions pris avec plaisir un petit verre au Copacabana, pour ne pas avoir à retourner si tôt à la réalité… »